02/11/1915 : Rapport de reconnaissance de 20 patrouilleurs d' élite de la 23e compagnie :

" Je suis parti à 17h, j' ai placé mes hommes dans 2 trous d' obus contigus au bord de la houblonnière à 20m environ de l' endroit ou on avait remarqué hier des traces de coupure. A 20h30 nous avons vu un homme se profiler sur le ciel a 150 m au nord, puis 6 hommes.Ils venaient du côté de la tranchée des peupliers et ont disparu peu après en descendant la pente. Après nous avons entendu distinctement marcher dans l' herbe puis cisailler pas très loin, mais la pluis tombait et il faisait si noir que nous ne voyions pas la ligne dans le trou d' obus. Nous nous sommes pris par la capote pour ne pas nous perdre et tendant la baionnette en avant, nous sommes partis en suivant le reseau droit devant nous, sans dire un mot ni tirer un coup de fusil pour ne pas nous blesser les uns les autres. Les allemands nous ont envoyé quelques coups de fusil à bout portant, mais les balles ne venaient même pas de notre côté. Quand nous avons retrouvé la route de Rouves, nous nous sommes arrêtés, on entendait plus rien. Nous nous sommes dirigés par le bruit à la chute du moulin pour nous retrouver"

                                                                                                                   Adjudant Rullier

L' adjudant Rullier Ernest, auteur de ce rapport, sera touché exactement huit jours plus tard par une balle allemande alors qu 'il cherchait comment enlever un arbre tombé dans la Seille et mourra quelques heures après à l' hopital Sédillot de Nancy.