07 mai 1915, Emile est encore au 52e RIT, il va rejoindre le 232 dans deux mois. Sa mère et sa soeur sont venues le voir à Nancy quelques semaines plus tôt, mais la guerre et ses incertitudes l' ont déjà beaucoup éprouvé. Une carte qui aurait pu être censurée :

carte07_05_1915

" Chère Emilie, je te dirai que je me porte à peu près maintenant je ne mange encore guère mais celà reviendra. Nous devions partir hier mais nous sommes toujours ici il parait que c' est pour lundi mais je ne sait ou on va on restera peut être ici c' est ce que l' on doute. enfin je suis content que vous êtes venues à Nancy en ce moment là car maintenant il y aurait bien des chances de ne plus pouvoir vous faire venir. Tu m' écriras pour ton certificat et surtout ne te fais pas de bille je n' irai pas loin car je ne veut plus marcher sans souliers et les miens ne tiennent plus il n' y en a pas de neufs alors je resterais coucher.Il fait de fortes orages tous les jours ici et après des chaleurs à crever. Je vous embrasse toutes les deux de tout coeur. réponse toujours même adresse. Olivier Emile.

Source : Collection personnelle